Guerrière

Durée: 1h40 - Genre: Drame
Date de sortie: 27 mars 2013
Réalisateur: David Wnendt
Acteurs: Alina Levshin, Jella Haase, Sayed Ahmad Wasil Mrowat, Gerdy Zint, Lukas Steltner

Marisa, 20 ans, fait partie d’un gang de néo-nazis au nord de l’Allemagne. Tatouée de swastikas, le crâne rasé, elle déteste les étrangers, les juifs, les noirs et flics, à ses yeux tous coupables du déclin de son pays et de la médiocrité de son existence.


Horaires du film: indiquez votre ville ou code postal


Bande annonce du film "Guerrière"

Critiques

Virgile Dumez (aVoir-aLire.com)
Faîtes un crochet par l'extrême-droite avec "Guerrière", film coup de poing qui nous plonge au coeur du mouvement néo-nazi allemand en évitant la caricature. Le constat n'en est que plus troublant.

Sandrine Marques (Le Monde)
Par son refus de compromission avec ce qu'il dénonce, "Guerrière" (...) est un remarquable portrait de filles entre fureur, sueur et sang.

Vladimir De Gmeline (Marianne)
David Wnendt réussit une plongée inquiétante et réaliste dans l'univers des bandes de certaines provinces allemandes, servie par la beauté tendue et l'interprétation poignante jusqu'au bout d'Alina Levshin.

François Forestier (TéléCinéObs)
David Wnendt, dont c'est le premier film, tape dur et juste. Le film a une force peu commune, et le sujet est passionnant (...). C'est de la fiction, certes, mais proche de la réalité. Le ventre est encore fécond...

Mathilde Blottière (Télérama)
En choisissant de raconter le parcours initiatique d'une "héroïne" parmi les brutes, David Wnendt creuse un angle inédit de la représentation des néonazis à l'écran.

Damien Virgitti (Ecran Large)
On reste frappé par ce portrait juste et réaliste d'une jeunesse révoltée qui cherche avant tout un combat à mener et un sens à sa vie.

Corinne Renou-Nativel (La Croix)
Difficile d'évoquer les activités de l'extrême droite dans l'Allemagne d'aujourd'hui sans être tenté par un didactisme appuyé. Faiblesse et force de ce long-métrage, "Guerrière" ne tombe pas dans ce travers.

Isabelle Danel (Les Fiches du Cinéma)
Sans éviter tous les clichés, notamment dans la seconde moitié, ce premier long métrage allemand traite courageusement et frontalement d'un sujet déplaisant.

Eithne O'Neill (Positif)
Multi-primé en Allemagne, le film termine sur un acte de sauvetage faisant écho à la Barbara de Petzold, mais d'une grande maladresse.

Gérard Delorme (Première)
L'intention est louable et l'actrice principale très convaincante, mais le film définit ses limites avec un sujet qui se résume à un constat alarmiste sur la banalisation de l'extrême-droite.

Jean-Baptiste Thoret (Charlie Hebdo)
Sur la forme, "Guerrière" reconduit péniblement toute l'imagerie attachée à ces gangs de fanatiques demeurés (...). Sur le fond, le film est d'un simplisme affligeant.

Ariane Beauvillard (Critikat.com)
On retrouve finalement dans cette tentative de portrait générationnel les défauts d'un naturalisme social qui oscille entre une reproduction du réel et sa dramatisation, se laissant tenter, malgré lui, par le grossissement des caractères et l'abandon de leur complexité.

Eric Neuhoff (Le Figaroscope)
Rien de nouveau. Mieux vaut regarder, sur le sujet, un numéro d'"?Envoyé spécial?".

David Doucet (Les Inrockuptibles)
Malgré ses ambitions de départ et la belle performance d'Alina Levshin dans le rôle titre, le film peine à dépasser le manichéisme de son scénario et les clichés du genre (tatouages de svastikas et vieux clone de Göring en guise de gourou).

Vincent Ostria (L'Humanité)
Un drame éprouvant, voire complaisant, ?qui, sous couvert de vérité sociale, n'apprend rien ?de nouveau sur les dérives politico-sectaires d'une jeunesse désoeuvrée. De la matière ?à débats, certes, mais pas l'ombre d'une réflexion réelle, ni une once d'invention cinématographique dans ce mélo aussi bas du front (national) que ses personnages.

Romain Le Vern (TF1 News)
Louable intention que de dénoncer la haine ordinaire, le retour au fascisme, les dérives d'un pays hanté par la culpabilité. Mais pourquoi le faire à la manière d'un mauvais téléfilm démago avec héroïne-réceptacle, manichéisme poids lourd et putasserie mélodramatique pour conclure?


Newsletter

Recevez chaque semaine les sorties cinéma directement dans votre boite email.
Merci d'indiquer votre email:

Box Office